Chaînes d'approvisionnement difficiles et pénurie de matières premières

Pénurie de matières premières - Une affaire de pénurie dans le secteur automobile

Les véhicules électriques sont de plus en plus répandus et de plus en plus de personnes prennent goût à l'électricité. Toutefois, les lacunes dans les chaînes d'approvisionnement et la pénurie actuelle de matières premières chez les constructeurs automobiles risquent de poser des problèmes encore plus longs.

Publié le 18.01.2022

Les analystes de Global Data prévoient que le constructeur américain Tesla et les marques chinoises maintiendront leur domination dans le secteur des VE, même si de grands groupes comme Volkswagen, Stellantis, Ford ou General Motors misent entre-temps à plein régime sur le cheval électrique, tout comme Daimler ou BMW. Tous les groupes ont enregistré de fortes hausses en 2021.

 

Pénurie dans différentes régions

"A court terme, la pénurie de lithium n'affectera guère les grands acteurs comme Tesla et Toyota, car leurs chaînes d'approvisionnement sont plus intégrées verticalement. En outre, les problèmes d'approvisionnement en lithium n'entraîneront pas nécessairement une augmentation drastique des coûts des voitures électriques à court terme", explique Amrit Dhami, analyste chez Global Data, "si l'on se projette plus loin dans l'avenir, Tesla et Toyota misent sur des chevaux différents pour l'avenir des batteries des voitures électriques, Toyota misant sur les batteries à l'état solide. Les premières voitures électriques équipées de batteries à l'état solide seront visibles sur les routes en 2025, mais elles seront beaucoup plus chères que les voitures électriques traditionnelles au lithium-ion et n'atteindront donc le marché de masse que plus tard".

 

Analyses de Global Data

Les analystes de Global Data estiment que Tesla conservera jusqu'à nouvel ordre son rôle de leader dans le segment des véhicules électriques, en particulier dans les pays occidentaux. Au niveau mondial, la Chine dominera toutefois l'ensemble du paysage électrique. Au cours des deux dernières années, de plus en plus de constructeurs ont décidé de passer successivement et complètement aux voitures électriques. "De nombreux constructeurs automobiles se sont désormais engagés à produire des voitures électriques, mais la puissance de la marque Tesla sera problématique pour BMW, Mercedes et d'autres dans le segment premium", a déclaré Amrit Dhami, "si un consommateur est prêt à dépenser de l'argent pour une voiture électrique plus chère, il choisira plutôt le visage du marché - Tesla".

L'entreprise d'Elon Musk a pu augmenter ses livraisons de véhicules de plus de 80% en 2021. Comme Tesla augmente actuellement sa production internationale, on s'attend à ce que le nombre de véhicules livrés en 2022 atteigne également un niveau record et dépasse pour la première fois la barre du million. Cette année, Tesla pourrait vendre environ 1,5 million de véhicules neufs.

 

Concurrence avec Tesla

Volkswagen ne veut pas vendre plus d'un million de véhicules électriques avant 2025. La situation est similaire chez Toyota qui, à la différence de la concurrence, ne mise toutefois pas exclusivement sur les moteurs électriques. Les Japonais prévoient d'augmenter les ventes mondiales de véhicules entièrement électriques à 3,5 millions d'unités d'ici 2030. L'Europe devrait être l'un des marchés centraux et à partir de 2035, il ne devrait plus y avoir que des véhicules sans émissions. "Pour relever les défis, nous devons réduire les émissions de CO2 autant que possible et aussi vite que possible", explique Akio Toyoda, président et CEO de Toyota, "nous vivons dans un monde diversifié et à une époque où l'avenir est difficile à prévoir. Il est donc difficile de satisfaire tout le monde avec une solution unique. C'est pourquoi Toyota veut offrir à ses clients du monde entier autant d'options que possible".

Une augmentation à plus de 1,5 million de véhicules correspondrait pour Tesla à une croissance de 64,9 pour cent par rapport à l'année précédente. Les nouvelles usines de Brandebourg et du Texas, dont l'ouverture est imminente, devraient notamment avoir un impact sur la production et les ventes pour la première fois en 2022. Contrairement à la plupart de ses concurrents, l'entreprise continue toutefois à développer elle-même ses puces semi-conductrices. Dans la situation actuelle de Covid, c'est un avantage notable par rapport à d'autres groupes automobiles concurrents comme Volkswagen, Toyota, General Motors, Ford, Hyundai ou Stellantis. BMW a également réussi à augmenter sensiblement ses livraisons de véhicules électriques et est devenu millionnaire en électricité, du moins en volume total. "Avec la livraison du millionième véhicule électrifié, nous avons franchi une étape importante de notre transformation. Et nous avons déjà le prochain en ligne de mire : dans deux ans seulement, nous voulons franchir la barre des deux millions", déclare Pieter Nota, directeur des ventes de BMW, "grâce à notre portefeuille de produits en croissance constante, nous nous fixons des objectifs de vente ambitieux, en particulier pour les véhicules entièrement électriques : En 2022, nous voulons doubler les ventes par rapport à cette année. En 2025, environ deux millions de véhicules purement électriques devraient déjà être en possession des clients".

 

La Chine reste le principal marché

En 2020, près de 50 pour cent de tous les véhicules électriques du monde circulaient encore sur les routes chinoises - plus qu'aux États-Unis et en Europe réunis. D'ici la fin de la décennie, la flotte électrique chinoise devrait déjà représenter 60 pour cent du parc mondial total, malgré une croissance correspondante au niveau mondial. Le président chinois Xi Jinping a récemment prolongé jusqu'à fin 2022 l'exemption de la taxe de vente pour les véhicules électriques ainsi que les subventions pour les véhicules électriques construits dans le pays. Le gigantesque marché intérieur de la Chine, son accès relativement facile aux principales matières premières et sa politique gouvernementale favorable signifient qu'à long terme, elle dominera le paysage des voitures électriques et ne sera pas aussi fortement touchée par la pénurie de lithium.

Grâce aux subventions nationales, le leader Tesla a perdu des parts de marché en Chine au profit du constructeur local BYD. Alors que la production mondiale de voitures neuves électriques n'était encore que de 5 % en 2021, elle devrait plus que doubler d'ici le milieu de la décennie pour atteindre 11 %, ce qui représenterait 10 millions d'unités. La Chine a toutefois l'intention de mettre fin à ses subventions pour les NEV (voitures électriques et hybrides rechargeables) à la fin de l'année. Un quota de 20 pour cent de véhicules électriques sera toutefois maintenu pour les différentes marques.

"Le passage aux véhicules électriques a été principalement stimulé par des changements législatifs dans les domaines de l'environnement, du social et de la gestion d'entreprise, mais la dynamique est également déterminée par la demande. La crise énergétique de cette année signifie que les gens ne veulent plus être aussi dépendants des chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui accélère l'abandon de l'essence et du diesel. Les consommateurs sont également de plus en plus soucieux de l'environnement, en particulier la génération Z", explique Amrit Dhami, analyste chez Global Data.

 

Texte : Patrick Solberg ; press-inform / Dario Fontana
Photos : Internet

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.