Pièce unique

La Fiat 130 en version break - sans aucune chance

La Fiat 130 était en fait formidable. Mais elle n'avait aucune chance. Et les variantes de break sont restées des pièces uniques.

Publié le 16.12.2021

La Fiat 130, qu'il s'agisse d'une berline ou d'un coupé, était hors normes. Certes, la marque a toujours su ajouter quelques extravagances à ses modèles habituellement plus terre à terre, mais dans l'ensemble, c'était une marque aux proportions claires.

La 8V (prononcer : Otto Vu) était plus une question d'honneur qu'un modèle sérieux. La 1100 n'essayait même pas de paraître plus luxueuse qu'elle ne l'était, mais elle pouvait se targuer de succès sportifs et était revêtue d'une enveloppe Pininfarina qui l'élevait au-dessus de tout. Il en allait de même pour la 2300 - en raison de son apparence, c'était quelque chose de mieux, mais lorsqu'il s'agissait de passer à la classe supérieure, elle restait à mi-chemin.

Fiat 130 - avec moteur Lampredi

La 130 était destinée aux riches et aux beaux, et non pas aux garçons de la nature bruyants. Une parenté de classe supérieure dans la famille faisait toujours du bien à la réputation. La direction assistée, la climatisation et la boîte automatique étaient de série. Le cuir aussi, en principe, car le tissu orange vif, qui aurait été utilisé sans cette option, était interdit partout, sauf dans les écoles pour aveugles. L'habitacle était traversé par du bois véritable, le volant était réglable en hauteur et en profondeur.

Aurelio Lampredi, oui, c'est bien lui, avait développé son propre moteur pour la 130, six cylindres, 2,9 litres de cylindrée, 140 ch ; le design de la limousine est d'ailleurs signé Mario Felice Boano. Pour la Fiat 130 Coupé, lancée pour la première fois en 1971 et dessinée par Paolo Martin et Leonardo Fioravanti, il y avait ensuite 3,2 litres, 165 ch. Ce n'est que plus tard que la berline sera équipée de ce moteur.

La Fiat 130 comme corbillard

Pour faire court : la voiture a fait un flop - 4493 exemplaires du coupé ont été construits entre 1971 et 1977 (la berline n'a été produite qu'à environ 15'000 exemplaires). Ce n'était pas une catastrophe, mais un échec économique. Le prix et l'image n'allaient pas ensemble. Le 130 Coupé coûtait aussi cher qu'une BMW 3,0 CSI ou qu'une Ferrari Dino 246 Coupé. Qui entendait parler de Fiat à l'époque ne pensait qu'à la rouille, aux petites voitures ou, à la rigueur, au sport automobile, mais pas à la classe supérieure.

En fait, on trouvait dans la classe supérieure quelques rares exemplaires uniques, qui existaient aussi de la Fiat 130 : le break (ital. : Familiare). On ne sait pas exactement combien d'exemplaires ont été réellement construits. La plupart d'entre eux étaient des : corbillards (fabriqués par les spécialistes Pilato et Casale). L'usine elle-même a certainement construit un prototype qui n'a pas eu la chance d'être produit en série.

D'autres breaks de la Fiat 130

Pininfarina a également produit une très bonne pièce. Basée sur le coupé, c'était donc un shooting brake. Avec des vitres généreuses et un joli derrière. La voiture fut baptisée Maremma et resta une pièce unique.

Les Officine Introzzi du nord de l'Italie, par ailleurs inconnues, ont eu un peu plus de succès. Au moins quatre breaks Fiat 130 ont été créés sur la base de la berline. La plus connue est la Villa d'Este, qui appartenait à Gianni Agnelli en personne. Il avait garé la voiture à St-Moritz - et jetait à chaque fois ses skis dans le panier de toit (il devait s'agir de skis courts). Au moins deux de ces combinaisons Introzzi existent encore.

Nous sommes donc à la recherche d'autres de ces voitures combinées hors du commun - des suggestions ?

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.