La Ferrari du mois

Ferrari 250 GT Cabriolet - la première série

Avec la Ferrari 250 GT Cabriolet, les Italiens ont pu proposer une beauté ouverte en petite série pour la première fois à partir de 1956.

Publié le 04.09.2021

Bien sûr, il y avait déjà eu des Ferrari ouvertes pour la route avant la Ferrari 250 GT Cabriolet. Quelques exemples de la 212 Inter, quelques pièces très exclusives de la 342 America. Mais ce n'était que des cas isolés. A la demande du client. Et donc : très cher.

Mais la 250 GT a ouvert la possibilité de produire de plus grandes quantités - tout en répondant aux souhaits particuliers (coûteux et donc lucratifs pour le constructeur) de la clientèle raffinée. Et la 250 GT, avec son empattement long et le célèbre moteur Colombo, se prêtait à une production ouverte.

C'est aussi parce que Pininfarina était enfin prêt non seulement à concevoir les voitures, mais aussi à les construire. C'était important, car la qualité a fait un bond décisif vers le haut. C'est également l'une des rares histoires raisonnablement claires sur la Ferrari 250 GT. Exactement 40 exemplaires de la première série de la Ferrari 250 GT Pininfarina Cabriolet ont été construits.

Tout a commencé avec le #0655GT, qui a été livré de Maranello à Pininfarina à la fin de 1956, était au Salon de Genève en mars 1957, puis acheté par Peter Collins (et peint en noir avant la livraison), a joué un rôle dans "Goodbye Charlie" (1964, réalisé par Vincente Minelli, avec Tony Curtis, Debbie Reynolds et Walter Mattau).

La #0655GT était l'une des premières voitures équipées des freins à disque Dunlop, alors nouvellement développés. Et visuellement, elle semble un peu différente des 39 autres voitures, plus américaine, en quelque sorte. Une belle voiture, en effet. Donc aussi bien le #0655GT que les autres 250 GT cabriolets de la première série (jusqu'au #1475GT, construit en août 1960).

C'est ce pliage de hanche si typique de Pininfarina que l'on voit mieux sur le cabriolet (ouvert) que sur le coupé. La forme est merveilleusement harmonieuse, bien que l'empattement soit plutôt long : LWB, soit 2,6 mètres. Mais les lumières tamisées, le pare-brise panoramique, les lignes extrêmement épurées font de cette biplace l'une des plus belles Ferrari de tous les temps.

Nous allons être brefs, car la deuxième série est encore à venir. Et le California Spyder. L'exemple présenté ici est le #0849GT, qui sera vendu aux enchères par RM Sotheby's au Castellet le 19 novembre. Une voiture avec une longue et folle histoire, de nombreux changements de couleur et de moteur, on pourrait écrire un livre à son sujet.

Texte : Peter Ruch, Photos : RM Sotheby's.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.