Ferrari du mois

Ferrari 166 MM Barchetta - le grand modèle

La Ferrari du mois est cette fois-ci la barchetta de la Ferrari 166 MM. Le design de Touring est en quelque sorte le plan directeur de tous les roadsters.

Publié le 19.02.2022

"Win on Sunday, sell on Monday", dit-on chez les Américains qui savent vendre. Enzo Ferrari, qui ne maîtrisait pas l'anglais, savait pourtant bien avant les constructeurs automobiles américains comment le business pourrait fonctionner. Avant même de fonder sa propre marque de voitures (1947), il racontait à un ami qu'il rêvait de remporter des courses sur trois ou quatre circuits différents du monde le week-end - et que cela lui apporterait tellement de gloire qu'il gagnerait tellement d'argent avec ses voitures de série qu'il pourrait alors encore (ou à nouveau) se permettre de courir le week-end suivant.

Il n'est donc pas étonnant que Ferrari ait construit ses voitures de route au début de la marque comme des descendants directs de ses voitures de course. Cela présentait plusieurs avantages. D'une part, le Commendatore, qui n'était pas réputé pour sa générosité - on l'appelait aussi en interne "drago", dragon - économisait ainsi de nombreux frais de construction. En fait, il pouvait produire des voitures de série à un prix très avantageux, car le travail de développement avait déjà été effectué sur le circuit. De plus, ses clients pouvaient remettre leurs véhicules en état de course en un tour de main. Et finalement, c'était aussi très bon pour l'image - les Ferrari étaient des voitures de course pour la route et des voitures de route pour le circuit.

La 125 de 1947 a été la première voiture produite sous le nom de Ferrari. Elle était équipée d'un V12 de 1,5 litre construit par l'ancien ingénieur d'Alfa, Gioacchino Colombo, qui développait probablement près de 80 chevaux. Il existait deux véhicules routiers de la 125, l'un avec une carrosserie de type Touring, l'autre avec des ailes indépendantes et une carrosserie plus étroite, adaptée à la course. On suppose que les deux 125C (pour Competizione, également appelée S pour Sport) n'existent plus. Il y a aussi la belle histoire de la toute première voiture, qui a très probablement reçu un nouveau numéro de châssis et une nouvelle carrosserie à une date ultérieure. Lorsque le client a eu la facture en main et qu'il a vu de quoi il s'agissait en réalité dans sa voiture achetée neuve, il se serait exclamé : "Muletta !" - un terme qui, depuis cette époque, est devenu incontournable dans le monde des courses automobiles. Ferrari a reconstruit une 125C dans les années 80, mais il s'agissait tout simplement d'une réplique.

Mais dès cette première voiture, la 125, Enzo Ferrari a montré comment il concevait le lien entre la voiture de sport et la voiture de course : il y a aussi eu la 125GP en 1948, qui a été poussée à 230 ch avec un ventilateur Roots. Puis, en 1949, la 125F1, utilisée pour la Formule 1 et développant environ 260 CV. Le successeur de la 125 fut la 159, présentée en 1947, dont la cylindrée du moteur avait été augmentée de 1,5 à 1,9 litre. Ici aussi, Ferrari utilisait à nouveau le cadre en caisson typique de ses premières années, des bras avant à double triangle et un essieu rigide à l'arrière. Il y eut également deux exemplaires de la 159, comme pour la 125C.

La désignation de la 125 et de la 159 provient de la forme arrondie d'un seul cylindre. Cela devrait permettre de comprendre la taille du moteur de la voiture présentée par Ferrari en novembre 1948 au Salon de l'automobile de Turin : la 166. La jeune entreprise de Maranello présentait deux versions de la 166 : la MM et l'Inter. Alors que la MM (pour Mille Miglia) avait un empattement de 2,2 mètres et un V12 de 2 litres développant désormais 140 ch, l'Inter était la variante "civile" avec un empattement plus long (2,4 mètres) et un moteur rétrogradé (environ 110 ch à 6000 tr/min). Jusqu'en 1953, 46 MM ont été construites (la plus célèbre étant certainement la "barchetta" de Touring, produite ici à 25 exemplaires), l'Inter a été fabriquée jusqu'en 1951, 37 exemplaires ont été produits (d'autres sources disent 39, mais nous croyons davantage aux 37). Il y eut encore d'autres 166 : la Spyder Corsa (neuf exemplaires, environ 160 ch, une voiture de course de Formule 2), la 166 Sport (deux exemplaires, 90 ch) et la 166FL, développée pour les courses en Amérique du Sud, qui atteignait 310 ch avec un compresseur.

Ah, la barchetta. Ce que Touring a créé avec sa construction Superleggera est certainement l'un des plus grands chefs-d'œuvre automobiles, très simple, réduit à l'essentiel, ce qui explique sans doute sa beauté et son harmonie. Les deux premiers exemplaires ont remporté une double victoire aux Mille Miglia en 1948, et une Barchetta a également gagné les 24 heures du Mans cette année-là. Rien que pour cela, la renommée était éternelle - et la vraie beauté ne passe de toute façon pas. La forme Touring a été utilisée pour de nombreuses autres Ferrari, 195, 212, 340 - et elle est encore considérée aujourd'hui comme le modèle de base pour tous les roadsters, spiders et tous les autres noms de ces choses.

Cette voiture, numéro de châssis #0058M, a été livrée le 5 juin 1950 à un certain Marco Dallorso. En 1951, la Ferrari a participé pour la première fois aux Mille Miglia et s'est classée 6e dans sa catégorie avec Castellotti au volant. En 1952, Castellotti a de nouveau participé à la course, la #0058M ayant entre-temps été transformée en voiture de course à l'usine (la voiture avait été livrée en tant que "Lusso") - et s'est classée 6ème au classement général. La voiture a ensuite fait une longue carrière en course - et elle est aujourd'hui plus belle que jamais. Les 166 MM sont très rares sur le marché, et parmi les rares barchetta, encore moins ont une histoire aussi belle et continue que cette voiture. Et puis justement : cette beauté. Un rêve.

Nous avons bien sûr quelques "Ferrari du mois" : Ferrari 250 GT Cabriolet, Ferrari 250 GTO, Ferrari 166 Inter Vignale, Ferrari 500 Mondial. Mais celle-ci pourrait peut-être aussi concourir sous : les plus belles voitures de course.

Testinhalt

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.