Test Harley-Davidson LiveWire

Electra Glide

Il y a 55 ans, Harley-Davidson lançait une innovation de taille avec le démarreur électrique de l’Electra Glide. L’histoire est à nouveau en marche avec le modèle LiveWire, première moto entièrement électrique de la marque.

Publié le 22.01.2020
Clair : écran tactile couleur avec différents paramètres d‘affichage et de nombreuses informations.

Clair : écran tactile couleur avec différents paramètres d‘affichage et de nombreuses informations.

 L‘électricité au lieu de l‘essence : les connexions pour les recharges rapides et conventionnelles sont sous le « bouchon de réservoir ».

L‘électricité au lieu de l‘essence : les connexions pour les recharges rapides et conventionnelles sont sous le « bouchon de réservoir ».

Au top : amortisseur central arrière Showa entièrement réglable.

Au top : amortisseur central arrière Showa entièrement réglable.

4. Facile : éléments de commande pratiques et pas de levier d‘embrayage.

4. Facile : éléments de commande pratiques et pas de levier d‘embrayage.

Puissant : le moteur électrique à refroidissement à eau délivre 106 ch et 116 Nm.

Puissant : le moteur électrique à refroidissement à eau délivre 106 ch et 116 Nm.

Agile : aucune autre Harley ne tourne aussi vite dans les virages.

Agile : aucune autre Harley ne tourne aussi vite dans les virages.

Bon dosage, bon freinage : vous pouvez compter sur les Brembo de 330 millimètres avec étriers à quatre pistons.

Bon dosage, bon freinage : vous pouvez compter sur les Brembo de 330 millimètres avec étriers à quatre pistons.

Sportivité inhabituelle : le siège court semble flotter au-dessus de la roue arrière. La courroie est à droite et non à gauche comme habituellement chez Harley-Davidson.

Sportivité inhabituelle : le siège court semble flotter au-dessus de la roue arrière. La courroie est à droite et non à gauche comme habituellement chez Harley-Davidson.

Un V2 tumultueux avec un « heartbeat » plein de « good vibrations » : telles sont les marques de fabrique incontestables des Harley-Davidson depuis plus de 115 ans. Et maintenant, une moto électrique ? Est-ce seulement possible ? N‘est-ce pas un peu trahir des centaines de milliers de fans enthousiastes, qui rendent hommage au V2 toute leur vie selon la devise : « Harley un jour, Harley toujours » ? Quoi qu‘il en soit : à l‘ère de Greta, du réchauffement climatique et de la durabilité, la mythique marque américaine est le premier fabricant de grande série à oser un pas audacieux vers l‘avenir de la moto.

Eclair léger

Grâce aux marques Energica et Zero, encore peu connues, nous avions déjà pu constater que les motos à propulsion électrique procurent beaucoup de plaisir. Outre l‘absence de son, les coûts d‘acquisition élevés ont jusqu’à présent empêché le succès des ventes, de même que l’autonomie relativement courte et les longs temps de charge. La nouvelle Harley-Davidson LiveWire ne fait pas exception à cette règle. Selon le style de conduite, un « plein » devrait suffire pour 150 à 230 kilomètres. Après environ 90 kilomètres de test, l‘affichage indiquait encore 50 % de la capacité de la batterie. Avec un chargeur rapide de type 2, une batterie complètement vide est à nouveau pleine une heure après, tandis qu’avec la prise 240 V à la maison, cela prend environ douze heures.

Ces données ne sont pas très exaltantes, mais par rapport au premier prototype « Project LiveWire » que nous avions eu la permission de conduire il y a cinq ans, les développements sont remarquables. Un cycle de charge complet prenait 3,5 heures à l‘époque ! Quant à la puissance, elle a été augmentée de 74 à 105 chevaux et le couple maximal de 70 à 116 newtons-mètres. En raison d’une batterie plus grande et plus lourde, la moto a cependant vu son poids augmenter d’environ 10%. Avec ses 249 kilos, la LiveWire reste l‘une des Harley les plus légères. Grâce à sa construction relativement fine, à la qualité de ses éléments de châssis et à son centre de gravité bas, elle est même de loin la plus dynamique et la plus sportive de la gamme.

En lieu et place du V2, la LiveWire loge sa batterie lithium-ion de 104 kilogrammes de façon optimale, couplée à un moteur synchrone à courant alternatif et refroidissement à eau. La transmission est assurée par des courroies crantées typiques de la marque. Les éléments de suspension entièrement réglables proviennent de chez Showa, et les freins de chez Brembo : la LiveWire reçoit le nec plus ultra. Avec quatre modes de performance, le mode Wheelie, l‘ABS et le contrôle de traction, toute la gamme des systèmes d‘assistance est également à bord. Seule pointe d‘amertume, un levier de frein non réglable en format H-D, assez encombrant.

Plaisir décuplé

Prenez place, c‘est parti ! On actionne l‘interrupteur principal situé sur la poignée droite du guidon pour donner vie à l‘affichage de l‘écran tactile TFT couleur. Quatre modes de conduite programmés (route, sport, autonomie, pluie) sont disponibles, qui, en plus de l‘accélération et de la puissance délivrée, influencent également la force de récupération, et donc l‘effet de freinage du moteur. Lorsqu‘on appuie sur le bouton de démarrage, les graphiques de l‘écran changent et signalent – malgré un silence toujours aussi inhabituel – que la moto est prête à partir.

Même pour les conducteurs expérimentés, le démarrage sans embrayage est un peu étrange au début. D‘autant plus que la quasi-totalité du couple est disponible à l‘arrêt ; couple qui expédie la LiveWire comme un boulet de canon si l‘on tourne la poignée des gaz avec imprudence. En mode sport, la Harley électrique atteint les 100 km/h en trois secondes, pour une vitesse de pointe limitée à 180 km/h. Plus on conduit, plus on s‘habitue à la e-propulsion, la confiance grandit et, avec elle, le plaisir.

Clarifications

La récupération d’énergie est obtenue en tournant la poignée d‘accélérateur dans le sens inverse. Selon le mode de conduite sélectionné, la moto freine plus ou moins fortement sans que l‘avant ne plonge. En mode sport, la décélération est tout aussi remarquable que l‘accélération. Pas besoin de manœuvres de freinage frénétiques, il suffit juste d’observer une gestion bien contrôlée des « gaz » pour que la bécane américaine enchaîne les virages avec un rapidité et un calme surprenants. Le poids imposant nécessite toutefois d’avoir la main forte et d’imprimer des commandes de direction claires.

Texte: Hanspeter Küffer / Photos : Alessio Barbanti

Harley-Davidson LiveWire

 

Refroidissement liquide, moteur magnéto-électrique à transmission continue, 78 kW (106 ch),
116 Nm sur toute la plage de régime, transmission par courroie crantée, batterie lithium-ion de 15,5 kWh, fourche inversée à l‘avant, mono-amortisseur à l‘arrière, tous deux entièrement réglables, débattements de 115 mm avant/arrière, pneus avant 120/70-17, arrière 180/55-17, poids prête à rouler 249 kg, hauteur du siège 780 mm, autonomie 113-235 km, temps de recharge rapide 60 mn, vitesse maximale 180 km/h
Prix à partir de 36 500 francs

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


ai-Abonnenten haben unbeschränkten Zugriff auf alle unsere digitalen Inhalte. Bitte melden Sie sich mit Ihrem Account an. Wenn Sie noch keinen Account haben, können Sie ihn HIER kostenlos erstellen. Ihre persönliche Kunden- und Abonummer finden Sie auf der Aborechnung und auf der Folie, mit der die ai verpackt zu Ihnen kommt.